Disponibilité de la ressource bois-énergie : études ADEME et MAAP

Deux études nationales concernant la disponibilité de la biomasse ont été publiées en 2009, l’une par l’ADEME, l’autre par le Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche. Ces études permettent de mettre en avant l’importance du potentiel disponible, actuellement inexploité, et qui pourrait l’être dans des conditions techniques et économiques réalistes, notamment pour une utilisation comme source d’énergie de réseaux de chaleur.

Source : étude ADEME/IFN/Solagro/FCBA

Disponibilité supplémentaire en bois-industrie et bois-énergie par région Source : étude ADEME/IFN/Solagro/FCBA

L’ADEME d’une part, et le Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche (MAAP) d’autre part ont publié en 2009 deux études nationales concernant la disponibilité de la biomasse. L’étude de l’ADEME traite spécifiquement de la question du bois-énergie, tandis que l’étude du MAAP porte également sur le bois d’oeuvre.

En matière de production de chaleur pour le chauffage des bâtiments (c’est-à-dire hors production de chaleur industrielle et hors utilisation de la biomasse pour la production d’électricité), les réseaux de chaleur constituent le principal levier de l’augmentation, en volume, de la consommation de bois-énergie. Sur les systèmes de chauffage bois individuels, l’objectif à l’horizon 2020 est un accroissement du parc (9 millions de logements contre environ 6 millions fin 2006), mais un volume d’énergie équivalent à la situation actuelle (7,4 Mtep), en raison de l’amélioration attendue des performances des chaudières et de la baisse de consommation énergétique moyenne des logements.

Ces études permettent de mettre en avant l’importance du potentiel disponible, actuellement inexploité, et qui pourrait l’être dans des conditions techniques et économiques réalistes, notamment pour une utilisation comme source d’énergie de réseaux de chaleur (en savoir plus sur l’utilisation de la biomasse dans les réseaux de chaleur).

Étude ADEME : Évaluation du gisement de bois pour l’énergie

Présentation de l’étude

Avec le soutien de l’ADEME, l’Inventaire Forestier National (IFN), l’institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement (FCBA) et l’association SOLAGRO ont réalisé en 2008-2009 une évaluation nationale de la biomasse ligneuse supplémentaire disponible pour l’énergie.

Elle fait suite aux deux études nationales menées en 2005 par SOLAGRO, IFN et RBM (pour l’ADEME) puis en 2007 par le Cemagref (pour le ministère de l’Agriculture ou MAAP). Elle vise, en collaboration avec la mise à jour par le Cemagref en 2008-2009 de l’étude MAAP 2007, l’approfondissement des connaissances sur les ressources ligneuses valorisables en énergie dans un contexte économique donné.

Synthèse des principaux résultats

(source)

Les forêts, les peupleraies et les haies portent l’essentiel du gisement potentiel de bois énergie au niveau national. Dans ces ressources, la disponibilité moyenne annuelle en bois sur la période 2006-2020 s’élève à :

  • 15,8 millions de tep/an de BIBE (71 millions de m3/an) dont 10,3 exploitables (46,1 millions de m3/an) dans les conditions économiques actuelles et compte tenu des contraintes techniques de récolte ;
  • et 3,3 millions de tep/an de menus bois (14,9 millions de m3/an) dont 1,6 exploitables (7,2 millions de m3/an).

Dans le contexte économique actuel, la disponibilité supplémentaire en bois pour l’énergie, c’est-à-dire en plus des consommations actuelles, s’établit sur la période 2006-2020 à :

  • + 2,7 millions de tep/an en moyenne de BIBE (soit + 12 millions de m3/an) ;
  • Auxquels s’ajoute un gisement potentiel de + 1,6 million de tep/an de MB (soit + 7,2 millions de m3 par an), ces derniers étant a priori plus difficiles à mobiliser que les précédents.

La disponibilité additionnelle en BIBE se situe pour l’essentiel en forêt (95 %), devant les haies (4 %) et les peupleraies (1 %). Ces deux derniers types de ressources constituent des gisements d’intérêt au niveau local.

Les disponibilités supplémentaires sont majoritairement feuillues (85 %) et localisées en forêts privées (75 %). Elles se rencontrent essentiellement dans les régions situées le long d’une diagonale verte allant de Toulouse à Nancy en passant par la région Centre. A contrario, les régions PACA, Corse, Basse-Normandie et Nord-Pas-de-Calais ne semblent pas présenter de disponibilités supplémentaires.

Ce volume semble compatible avec les objectifs fixés par le COMOP EnR et les Assises de la Forêt aux horizons 2012 et 2020. Sa mobilisation requiert toutefois un important effort de poursuite de remise en gestion des peuplements forestiers surcapitalisés ou délaissés par leurs propriétaires.

Les résultats de l’étude soulignent également l’intérêt local pour le développement de valorisations énergétiques de la biomasse des autres ressources ligneuses telles la vigne, les vergers et les arbres urbains. Les conditions techniques, économiques et environnementales pour la mobilisation effective de ces gisements restent toutefois largement à préciser.

 

Étude MAAP : Évaluation des volumes de bois mobilisables à partir des données de l’IFN

Présentation de l’étude

Face au constat d’une récolte annuelle de bois qui stagne, et pour répondre aux engagements politiques récents en faveur des énergies renouvelables et de la lutte contre l’effet de serre, il est stratégique de savoir quelle peut être la contribution potentielle de la forêt française et quelles sont les conditions d’une mobilisation supplémentaire de bois. L’évaluation des volumes de bois mobilisables à partir des données de l’Inventaire Forestier National (IFN) « nouvelle méthode » conduite par le CEMAGREF, à la demande du MAAP, vise à estimer, à l’échelle nationale, les quantités de biomasse ligneuse disponible à court et moyen terme pour le secteur de l’industrie du bois comme pour celui de l’énergie. Ce travail fait suite à une première estimation de la biomasse disponible réalisée par le Cemagref en 2006-2007 (Ginisty et al. 2007, Vallet et al. 2007), dont elle constitue une mise à jour, en utilisant les données d’inventaire les plus récentes produites par l’IFN.

Synthèse des principaux résultats

(source)

En suite à l’étude “biomasse supplémentaire disponible pour des usages énergétiques et industriels” menée en 2007, le Cemagref de Nogent sur Vernisson a actualisé son évaluation des volumes de bois mobilisable à l’horizon 2020, en utilisant les données de l’IFN “nouvelle méthode”.

Reprenant dans un premier temps les hypothèses et scénarios sylvicoles de référence utilisés dans l’étude de 2007, nous avons évalué les volumes en bois d’oeuvre (BO), bois d’industrie et bois énergie (BIBE) disponibles sur la période 2006-2020. La méthode utilisée permet de quantifier ces disponibilités par type d’usage potentiel (BO, BIBE), par région, et par essence (feuillus-résineux) ou par propriétaire (forêt privée, forêt publique). Nous avons distingué des volumes pérennes (la part d’accroissement annuel récoltable) et des volumes conjoncturels. Ces volumes conjoncturels sont calculés comme un rattrapage du surstock de bois accumulé depuis ces 40 dernières années dans nos futaies et peuplements issus du traitement en taillis et taillis sous futaie.

Résultats avec les mêmes hypothèses de l’étude de 2007

Les volumes théoriquement disponibles après réfaction pour difficulté d’exploitation ou de sensibilité des sols à l’exportation minérale sont ainsi évalués :

  • en bois d’oeuvre, à 34,4 millions de m3/an
  • en bois d’industrie-bois énergie à 60,2 millions de m3/an
  • les menus bois (extrémités des branches et des futs, de diamètre inférieur à 7 cm de diamètre) à 8,1 millions de m3/an.

Les volumes disponibles supplémentaires sont obtenus en retranchant les consommations actuelles évaluées à partir des données du SCESS (enquête EAB “exploitation forestière et scierie” année moyenne 2006) et, pour le bois de feu, des données INSEE/CEREN sur la consommation de bois de feu des ménages. Les volumes disponibles supplémentaires sont ainsi évalués :

  • en bois d’oeuvre à 14,0 millions de m3/an
  • en bois d’industrie-bois énergie à 28,3 millions de m3/an
  • les menus bois à 8,1 millions de m3/an.

Résultats avec des hypothèses nouvelles, de récolte plus rapide des surstocks

A la demande du ministère, nous avons modifié l’hypothèse sur la durée d’exploitation des volumes conjoncturels (i.e. on exploite le surstock des futaies surannées en 15 ans et non en 30 ans) ; les disponibilités brutes (et supplémentaires) augmentent alors de près de 6,7 millions de m3/an pour le BO, de 5,1 millions de m3/an pour le BIBE et de 0,6 millions de m3/an pour les Menus Bois. Cette hypothèse permet de grossir les disponibilités sur la période 2006-2020 mais diminuera d’autant les disponibilités post 2020.

Les volumes disponibles supplémentaires sont alors évalués :

  • en bois d’oeuvre à 20,7 millions de m3/an
  • en bois d’industrie-bois énergie à 33,3 millions de m3/an
  • les menus bois à 8,8 millions de m3/an.

Aussi bien en BO qu’en BIBE, la disponibilité est bien plus grande pour les feuillus quepour les résineux  : respectivement 13,0 et 7,8 Mm3 en BO, 22,5 et 10,8 Mm3 en BIBE, 6,8 et 2,0 Mm3 en Menus Bois.

Les cartes ci-après représentent la ventilation régionale des disponibilités supplémentaires évaluées avec les hypothèses les plus favorables. Les disponibilités en région Aquitaine ne sont pas représentées car les effets de la tempête Klaus de janvier 2009 ne peuvent pas être correctement pris en compte.

Les principales disponibilités en BO résineux sont en région Rhône-Alpes alors qu’elles sont faibles, voire très faibles, dans les régions du Nord-Est ; en BO feuillus, on note des disponibilités dans la plupart des régions sur un axe Sud-Ouest – Nord-Est. La région Lorraine, malgré la tempête de 1999, révèle des disponibilités en bois d’oeuvre feuillus importantes de près d’1.5 millions de m3 supplémentaires.

En Bois Industrie-Bois Énergie, la plupart des régions ont des disponibilités, notamment les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Bourgogne, Centre et Rhône-Alpes. Celles-ci sont également surtout en feuillus.


 

Sur le même sujet...