Territoires à énergie positive et réseaux de chaleur

Qu’est-ce qu’un territoire à énergie positive ?

Centrale bois-énergieIl n’existe à ce jour pas de définition normative du territoire à énergie positive (TEPos).

Dans le cadre de l’appel à projets “Territoires à énergie positive pour la croissance verte” (septembre 2014), le MEDDE pose les principes suivants :

  • Les projets de Territoires à énergie positive pour la croissance verte sont portés par des collectivités territoriales volontaires qui souhaitent engager leur territoire dans la transition énergétique et écologique au travers d’actions concrètes de court et de long terme. Il s’agit de démarches participatives qui intègrent nécessairement les acteurs économiques, les associations et les citoyens.
  • Il s’agit d’abord d’un projet territorial global, dont la priorité est d’accélérer les économies d’énergie, l’émergence d’une société bas-carbone, et le développement des énergies renouvelables, dans une logique d’aménagement durable des territoires. L’objectif doit être de tendre à l’horizon 2050 vers un équilibre entre consommations et productions locales. En matière d’économie d’énergie, les projets devront contribuer à l’objectif de réduction de 50% de la consommation d’énergie en France à l’horizon 2050, qui est inscrit dans le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verteConsommation énergétique des bâtiments - IEA/Buildup.
  • Les démarches s’appuient notamment sur la rénovation énergétique des bâtiments, le recours à la mobilité bas-carbone et aux circuits courts, le développement de filières locales industrielles, agricoles et artisanales concourant à un développement économique durable et à l’économie circulaire, la diversification de la production d’énergie vers des sources locales et renouvelables, la préservation de la qualité de l’air, de l’eau et des paysages, et la mise en œuvre de projets d’aménagement répondant au référentiel national EcoQuartier.
  • Les projets doivent être en cohérence avec l’étendue et les spécificités des territoires (urbain, rural, périurbain…).

Le principe d’équilibre entre consommation et production fait écho à celui qui fonde le concept de bâtiment passif (ou bâtiment à énergie positive, lorsque la production in situ excède la consommation).

Territoire à énergie positive et réseaux de chaleur

reseau dans village (petit)Les réseaux de chaleur sont par nature des outils d’aménagement énergétique local maîtrisés par les collectivités, puisqu’elles disposent des compétences nécessaires pour les établir sur leur territoire.

Lorsqu’ils mobilisent majoritairement des énergies renouvelables et de récupération, les réseaux de chaleur contribuent fortement à l’indépendance énergétique locale : la géothermie est nécessairement prélevée à l’intérieur même du territoire desservi, la biomasse est produite sur le territoire ou à proximité, et les sources de chaleur de récupération sont des bâtiments et sites présents sur le territoire (UIOM, industries, datacenters, etc.).

La question des liens entre territoires à énergie positive et réseaux de chaleur pourra être approfondie par des travaux spécifiques auquel contribuera le pôle Réseaux de Chaleur du Cerema, selon les priorités qui seront fixées dans son programme de travail. Si la thématique vous intéresse et que vous souhaitez contribuer aux réflexions, n’hésitez pas à nous contacter : reseaux-chaleur@cerema.fr

Voir aussi…

Sur le même sujet...