Les chiffres clés de l’énergie – Édition 2020

Chiffres clés de l’énergie – Édition 2020

Le Service de la donnée et des études statistiques (SDES) a publié l’édition 2020 des « Chiffres clés de l’énergie ». Il vient renforcer et actualiser les chiffres provisoires publiés en 2019. Ce service statistique ministériel fait partie intégrante du Commissariat général au développement durable (CGDD).

Ce document présente l’évolution des aspects économiques et techniques au regard des années précédentes. Dans un premier temps le regard est porté sur la situation française. Dans un second temps, à l’international, notamment en Europe. Enfin, un focus est dédié à la part d’énergies renouvelables dans le paysage énergétique du pays. Notamment leur présence au sein des réseaux de chaleur et de froid. Pour rappel, la directive 2009/28/CE fixe pour la France un objectif de 23 % d’énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie à l’horizon 2020. Une publication spécifique à ce sujet a également été publiée pour l’année 2020. Il s’agit des « Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2020 ».

 

Voici quelques données statistiques générales sur les consommations d’énergie en France :

 

Consommation d’énergie primaire par énergie (Mtep) en 2019

« […] Après avoir régulièrement augmenté jusqu’en 2005 pour atteindre un pic à 271 Mtep, la consommation d’énergie primaire, corrigée des variations climatiques, se replie légèrement depuis. L’année 2019 confirme cette tendance, après deux années de légère hausse, la consommation primaire diminuant de 1,4 %. […] » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

 

Bilan énergétique de la France métropolitaine

En Mtep, en 2019 (données non corrigées des variations climatiques)

Ensemble des énergies – Bilan énergétique de la France (en Mtep) en 2019

 

Répartition de la consommation d’énergie primaire en France (en Mtep) en 2019

 

« La consommation primaire de la France s’élève à 245 Mtep en 2019 (en données non corrigées des variations climatiques). Le bouquet énergétique primaire réel de la France se compose de 40 % de nucléaire, 29 % de pétrole, 15 % de gaz naturel, 12 % d’énergies renouvelables et déchets et 3 % de charbon. Le bois-énergie, qui représente la quasi-totalité de la biomasse solide, demeure la première source d’énergie renouvelable consommée en France, loin devant l’électricité d’origine hydraulique. Son principal usage est le chauffage. » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

Un aperçu de la situation concernant les énergies renouvelables et la valorisation des déchets

Évolution de la production primaire d’énergies renouvelables par filière (en TWh) en 2019

« Entre 2018 et 2019, la production primaire d’énergies renouvelables diminue légèrement, de 1,5 TWh (soit – 0,5 %). Cette baisse s’explique principalement par un recul de la production hydraulique renouvelable (- 12 %), après des conditions climatiques particulièrement favorables en 2018. Depuis 2005, la production primaire d’énergies renouvelables a augmenté de plus de 70 %, notamment du fait de l’essor de l’énergie éolienne, des pompes à chaleur et des biocarburants. » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

 

 

Consommation d’énergie issue de sources renouvelables et de la valorisation de déchets (en TWh) en 2019


«
Corrigée des variations climatiques, la consommation primaire d’énergies renouvelables et de déchets s’établit à 361 TWh en 2019. Elle se répartit en 104 TWh d’énergie hydraulique, éolienne et photovoltaïque convertie en électricité, environ 71 TWh de combustibles (principalement de la biomasse et des déchets) brûlés pour produire de l’électricité ou de la chaleur destinée à être commercialisée, et enfin 186 TWh consommés directement par les utilisateurs finaux. » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

 

 

 Concernant les réseaux de chaleur :

Bouquet énergétique des réseaux de chaleur (en TWh) en 2018

« En 2018, les réseaux ont livré aux consommateurs 25 TWh de chaleur (nette des pertes de distribution), soit 1 % de plus que l’année précédente malgré un climat globalement plus doux. À cette fin, ils ont consommé 34 TWh d’énergie. Le bouquet énergétique des réseaux demeure dominé par le gaz naturel, qui représente 37 % de leur consommation, suivi de la chaleur issue de la valorisation des déchets urbains (25 %) et de la biomasse (22 %). » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

Consommation d’énergie pour la production de chaleur par source d’énergie dans les réseaux de chaleur (en TWh)

« Depuis 2017, dans le bouquet énergétique des réseaux, le gaz naturel est dépassé par les énergies renouvelables, en constante augmentation depuis 2007. Ces deux sources d’énergie représentent, à elles deux, 77 % de la consommation totale des réseaux. À l’inverse, le fioul et le charbon, autrefois prépondérants, poursuivent leur déclin et ne représentent plus que 5 % du bouquet énergétique des réseaux (contre 60 % en 1990). » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

 

 

Consommation totale de chaleur commercialisée (en TWh) en 2019

« La chaleur commercialisée considérée ici est fournie par les réseaux de chaleur et par les installations de cogénération non reliées à ces derniers. Sa consommation (nette des pertes de distribution) s’établit à 44 TWh en 2019. Le secteur industriel représente 41 % des achats de chaleur, le résidentiel 36 % et le tertiaire 23 %.

La dépense de consommation totale de chaleur commercialisée, non corrigée des variations climatiques, s’élève à 2,6 Md€ en 2018. Les secteurs résidentiel et tertiaire portent plus de 80 % de cette dépense, le secteur industriel bénéficiant de prix plus bas. » MTE/CGDD/SDES, 2020.

 

 

 

 

Pour télécharger le rapport complet : Chiffres clés de l’énergie – Édition 2020

 

Pour en savoir plus :