Les chiffres clés de l’énergie – Édition 2018

DataLab_2018

Chiffres clés de l’énergie – Édition 2018

« […] Faire connaître à un large public les principales statistiques du domaine est donc essentiel pour éclairer le débat. Tel est l’objectif de la présente publication […] » MTES/CGDD/SDES, 2018.

En juillet 2017, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) a présenté le Plan Climat de la France. Ce document, publié suite à la signature de l’Accord de Paris, fixe de nouveaux objectifs, plus ambitieux pour le pays : il vise la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Cette volonté politique peut ainsi s’appuyer sur deux ressources : La Stratégie Nationale bas-Carbone (SNBC) et la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE).

Cette année 2018 est marquée par la révision simultanée de la SNBC et, par anticipation, de la PPE. Cette démarche, qui mobilise la Commission nationale du débat public (CNDP) vise deux objectifs : actualiser si nécessaire les objectifs à atteindre ainsi que les échéances en termes de calendrier.

C’est dans ce contexte d’accès public aux données énergétique que le Service de la donnée et des études statistiques (SDES) a publié l’édition 2018 des Chiffres clés de l’énergie (DataLab). Ce service statistique ministériel fait partie intégrante du Commissariat général au développement durable (CGDD).

Ce document pose le cadre notamment économique de l’évolution de l’énergie, dans un premier temps à l’échelle mondiale, et dans un second temps, en se concentrant sur la situation française. L’ensemble des filières est présenté, analysé et interprété et cela, sur des périodes plus ou moins restreintes allant de 1970 à 2017.

Voici quelques données statistiques générales sur les consommations d’énergie en France :

Consommation d'énergie primaire par énergie - 2017

 

 

« […] Après avoir régulièrement augmenté jusqu’en 2005 pour atteindre un pic à 271 Mtep, la consommation d’énergie primaire, corrigée des variations climatiques, se replie légèrement depuis cette date. Toutefois, par exception à cette tendance, elle rebondit en 2017. […] » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

 

 

Bilan énergétique de la France métropolitaine

En Mtep, en 2017 (données non corrigées des variations climatiques)

Source : calculs SDES, d’après les sources par énergie

 

Répartition de la consommation d'énergie primaire en France métropolitaine - 2017

Source : calculs SDES, d’après les données disponibles par énergie

 

« […] Corrigé des variations climatiques, le bouquet énergétique primaire de la France se compose en 2017 de 40 % de nucléaire, de 29 % de pétrole, de 16 % de gaz, de 4 % de charbon et de 11 % d’énergies renouvelables et déchets. Le bois-énergie, qui représente la quasi-totalité de la biomasse solide, demeure la première source d’énergie renouvelable consommée en France, loin devant l’électricité d’origine hydraulique. Son principal usage est le chauffage. » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

Un aperçu de la situation concernant les énergies renouvelables et la valorisation des déchets

Évolution de la production primaire d'énergies renouvelables par filière

« Entre 2016 et 2017, la production primaire d’énergies renouvelables diminue de 0,7 Mtep (soit – 2,5 %). Cela s’explique par les conditions météorologiques : d’une part, la pluviométrie a été moins importante qu’en 2016, entraînant une diminution de la production hydroélectrique ; d’autre part, les températures ont été plus douces, d’où un moindre recours à la biomasse solide, majoritairement destinée à produire de la chaleur. Depuis 2005, la production primaire d’énergies renouvelables a augmenté de près de moitié, notamment du fait de l’essor des biocarburants, des pompes à chaleur et de l’énergie éolienne. » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

Consommation d'énergie issue des sources renouvelables et de la valorisation des déchets

Source : calculs SDES, d’après les sources par filière

 

« La consommation primaire d’énergies renouvelables et de déchets, corrigées des variations climatiques, s’établit à 28,2 Mtep en 2017. Elle se répartit en 7,2 Mtep d’énergie hydraulique, éolienne et photovoltaïque convertie en électricité, environ 6,1 Mtep de combustibles (principalement de la biomasse et des déchets) brûlés pour produire de l’électricité ou de la chaleur destinée à être commercialisée, et enfin 14,8 Mtep consommés directement par les utilisateurs finaux. » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

 

 Concernant les réseaux de chaleur :

Consommation d'énergie pour la production de chaleur par source d'énergie dans les réseaux de chaleur

Source : SDES, enquête annuelles sur les réseaux de chaleur et de froid – SNCU

 

Bouquet énergétique des réseaux de chaleur - 2016

Source : SDES, enquête annuelle sur les réseaux de chaleur et de froid – SNCU

« En 2016, les réseaux ont livré aux consommateurs un peu plus de 2,1 Mtep de chaleur (nettes des pertes de distribution), soit 8 % de plus que l’année précédente. Pour produire de la chaleur et pouvoir in fine livrer cette quantité, ils ont consommé environ 2,8 Mtep d’énergie. Le gaz naturel est rejoint en 2016 par les énergies renouvelables, en constante augmentation depuis 2007, en tête des sources d’énergie les plus utilisées dans les réseaux (39 % pour chacune de ces deux formes d’énergie). » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

 

Consommation totale de chaleur commercialisée

« La chaleur commercialisée en France est fournie par les réseaux de chaleur et par les installations de cogénération non reliées à ces derniers. Sa consommation (nette des pertes de distribution) s’établit à 3,4 Mtep en 2016. Le secteur industriel représente 40 % des achats de chaleur, le résidentiel 36 % et le tertiaire 22 %. Les 2 % restants se répartissent dans les autres secteurs (principalement celui de l’énergie). » MTES/CGDD/SDES, 2018.

 

Pour télécharger le rapport complet : Chiffres clés de l’énergie – Édition 2018

 

Pour en savoir plus :