Cartographie nationale de chaleur – Exemple de l’Ecosse

Carte de chaleur de l'Ecosse - Zoom sur Glasgow

La directive européenne pour l’efficacité énergétique impose aux Etats-membres de cartographier leurs besoins de chaleur et les points sources potentielles (UIOM, cogénérations, centrales électriques, réseaux de chaleur). Certains pays ont fait le choix de mettre cette cartographie a disposition de tous, par le biais de plates-formes de consultation interactive en ligne.

C’est notamment le cas de l’Ecosse qui, après l’Angleterre qui avait joué un rôle précurseur en ouvrant sa cartographie début 2012 (avant la directive), propose depuis 2014 sa National Heat Map en ligne : heatmap.scotland.gov.uk.

Présentation des données

La cartographie de chaleur écossaise représente les besoins de chaleur selon 3 maillages, au choix de l’utilisateur : sur un carroyage (mailles carrées de 50m de côté au niveau de zoom le plus élevé, et 1km de côté au niveau de zoom le plus faible), sur les zones urbaines continues (“settlements”) et sur les mailles de découpage statistique du territoire (“data zones“, que l’on peut rapprocher des IRIS de l’INSEE). Les résultats présentés sont associés à un indice de confiance, qui peut également être affiché sur la carte sous forme de maillage (identification des zones sur lesquelles la cartographie est plus ou moins fiable).

En plus des données de besoin de chaleur, la carte permet d’afficher ce qui semble être la totalité des installations de production d’énergie de l’Ecosse : 21 types d’installations sont proposées, aussi bien pour la production de chaleur que d’électricité. Sur l’extrait ci-dessous, nous avons affiché un ensemble d’installations de production de chaleur (biomasse, géothermie, solaire thermique, UIOM, cogénération, trigénération) dans la région de Glasgow et Edinburgh. En cliquant sur une épingle, le visiteur obtient quelques informations sur l’installation (technologie, tranche de puissance, type de structure gestionnaire, type d’énergie produite…).

Installations de production de chaleur en Ecosse

L’interface de navigation est sobre, et la plate-forme semble s’appuyer sur les services de cartographie en ligne officiels du Royaume-Uni, à l’inverse de la National Heat Map anglaise qui est basée sur le service Google Maps. Le partage de cartes depuis le site est très limité : pas de possibilité d’intégration dans une page web tierce, pas de possibilité de générer des liens vers des vues personnalisées ; la seule fonction d’export (en dehors de la capture d’écran) est l’impression de la vue affichée.

Accès limité aux données

A l’inverse de son équivalent anglais, la plate-forme écossaise reste limitée quant aux fonctionnalités d’interrogation offertes au visiteur. En dehors des infobulles présentant les infrastructures énergétiques, il n’est pas possible d’afficher des données ou d’effectuer des calculs directement sur le site, afin d’obtenir par exemple un rapport sur les besoins de chaleur d’une zone définie librement par l’utilisateur.

En revanche, le gouvernement écossais a pris l’initiative de proposer à toutes les collectivités les jeux de données correspondant à la National Heat Map, et affiche la liste de celles qui les ont demandées et obtenues, permettant à des tiers locaux de s’adresser à elles pour exploiter les données dans le cadre d’études territoriales. Il s’agit d’une solution alternative au téléchargement libre des données, permettant d’introduire un niveau de contrôle sur les utilisations, mais qui ne peut fonctionner que pour un pays dont le nombre de collectivités locales est raisonnable (32 “Councils” en Ecosse, à comparer aux 2600 communautés de communes ou 36000 communes en France). La plate-forme en ligne est ainsi présentée, dans la documentation, comme une version allégée de la véritable Heat Map, laquelle est constituée des tables de données disponibles auprès du gouvernement ou des autorités locales.

Pour chaque couche de données proposée sur la plate-forme, l’utilisateur a la possibilité d’afficher une fiche de métadonnées sommaire, présentant la donnée en quelques lignes.

Autour de la carte

Rubrique Heat Map sur le site du gouvernement écossaisLe gouvernement écossais propose sur son site internet une rubrique dédiée à la carte nationale de chaleur. On y trouve une présentation générale de la carte, du contexte et des objectifs de son élaboration. Plus intéressant, on peut également accéder à un guide utilisateur. Une procédure de mise à jour collaborative des données est également prévue, permettant à des tiers tels que les collectivités de soumettre des données corrigées ou actualisées, à travers un outil de validation de données standard du gouvernement écossais.

La méthode d’élaboration de la cartographie (développée par The Carbon Trust et Ramboll Energy, pour le compte du gouvernement écossais) est présentée dans un document librement accessible : Scotland Heat Map – Methodology report. Ceci permet à l’utilisateur de comprendre ce que recouvrent exactement les données présentées sur la carte et d’en saisir les limites. La liste des données utilisées en source est proposée dans un document spécifique.

Un guide utilisateur est également proposé. Très complet, il présente à la fois le travail réalisé par les services gouvernementaux pour la réalisation de la cartographie, et les manipulations à réaliser par les collectivités locales pour intégrer les données dans leurs propres SIG. Des suggestions d’utilisation des données sont également formulées. En complément, une formation à destination des collectivités a également été organisée.

Enfin, une notice de la cartographie en ligne, plus légère, est également proposée.

Pour en savoir plus

Voir aussi

Sur le même sujet...